L’écocampus prend forme sur le Nord Franche-Comté

Premières pierres de la construction d’un écocampus sur le Nord Franche-Comté, deux bâtiments en devenir, l’un flambant neuf, l’autre faisant l’objet d’une rénovation exemplaire, cimentent l’accord de coopération passé entre l’UTBM et l’UFC dans le cadre du CPER, le contrat de plan État-Région 2015-2020.

L’idée du pôle universitaire Nord Franche-Comté prend des allures concrètes avec la programmation de la réalisation de deux bâtiments dédiés à la formation, à la recherche et au transfert industriel, autour des deux grands établissements d’enseignement supérieur implantés de longue date sur le territoire, l’UTBM et l’université de Franche-Comté (UFC). « Les étudiants du Nord Franche-Comté représentent 10 % des effectifs de la COMUE UBFC1, sur un territoire largement marqué par de forts liens avec l’industrie », rappelle Ghislain Montavon, directeur de l’UTBM. Mais si la majorité des étudiants sont engagés dans des formations à forte consonance engineering, d’autres disciplines sont également présentes, comme les sciences de gestion, tout à fait complémentaires aux premières. Par ailleurs, différents niveaux de diplômes se côtoient : DUT, licences, masters, doctorats, diplômes d’ingénieur… « L’idée du pôle universitaire est de réunir les élèves et les étudiants de tous les niveaux, de favoriser les passerelles entre les formations, de mettre à la disposition de tous des outils mutualisés, avec par exemple la création d’un centre commun de documentation… »

Des bâtiments exemplaires

Cette volonté de structuration, « essentielle pour le territoire autant que pour les établissements », prend donc forme, pour l’instant essentiellement autour de l’énergie, dont chacun ici connaît l’importance sur le Nord Franche-Comté. La recherche en ce domaine est aujourd’hui complètement intégrée au département Énergie de l’Institut FEMTO-ST, département qui compte désormais 150 chercheurs, et lui-même scindé en deux équipes : Thermie et SHARPAC. Les chercheurs de cette deuxième équipe sont, à Belfort, réunis dans le bâtiment Pile à combustible de l’UTBM. Ceux de l’équipe Thermie intégreront le bâtiment nouveau, à une encablure, dont la construction est prévue sur le site de l’IUT de Belfort, et qui accueillera également tous les étudiants en Sciences pour l’ingénieur de l’UFC, du DUT au master. « Il répondra à des exigences avancées en matière d’énergie, avec la norme BEPOS (Bâtiment à Energie POSitive) pour référence », précise David Bouquain, directeur des relations avec les entreprises à l’UTBM, où il est enseignant, et membre de l’équipe SHARPAC. Ce bâtiment à énergie positive se déploiera sur 5 500 m² dans un premier temps, et pourrait faire l’objet d’une extension ultérieure.

Le bâtiment à restaurer n’aura rien à envier à son nouveau « voisin ». Sa rénovation se veut exemplaire, pour un bâtiment pilote qui montrera tout le savoir-faire des professionnels et des étudiants de l’UTBM, largement investis dans ce projet. « L’aménagement comprend non seulement l’installation de panneaux solaires, ce qui est aujourd’hui un minimum, mais aussi de dispositifs de stockage de l’énergie produite, sur des batteries lithium ou sous forme d’hydrogène ; il intègre également de l’instrumentation pour le suivi des consommations et la gestion des besoins énergétiques », précise David Bouquain. Études thermiques, calculs de coût et de rentabilité, préconisations…, toutes les phases amont au projet de rénovation ont été menées à l’intérieur même de l’UTBM, qui assurera la maitrise d’œuvre pour la réalisation du projet, en produisant notamment un cahier des charges très exigeant pour les fournisseurs, afin que les 4 400 m² de ce bâtiment soit conformes aux attendus. « La rénovation doit être de qualité, réalisée avec des budgets raisonnés, et démontrer qu’elle est économiquement intéressante en termes de retour sur investissement », ajoute Ghislain Montavon, qui souligne par ailleurs qu’elle « concerne aussi la modularité des lieux, pour une occupation dense et optimisée des salles et des ateliers ».

1 COMUE UBFC. La Communauté d’universités et d’établissements Université Bourgogne – Franche-Comté compte 67 000 étudiants. Ses membres fondateurs sont : Université de Bourgogne, Université de Franche-Comté, UTBM, ENSMM, AgroSup Dijon, Burgundy School of Business. L’ENSAM deviendra formellement prochainement le septième membre fondateur.

 

Crédits

Un article de : Catherine Tondu
Crédits photos : DR

One thought on “L’écocampus prend forme sur le Nord Franche-Comté

  1. Pour info
    L’UTBM a d’abord été un département de l’UTC
    Les premiers étudiants sont arrivés en 86
    Parmi les créateurs de cette future universités j’ai eu a m’occuper des relations internationales et industrielles entre autres
    Je suis un ancien de l’ESO promo 66
    L’optique mène a tout!!!
    La Franche Comté a été de tout temps terre « optique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *