Un pont entre l’UTBM et le Togo

Fruit d’une intense coopération entre l’UTBM et l’Institut africain d’informatique, la licence Multimédia-Technologie Web et Infographie accueille, depuis le début de l’année, sa première promotion d’étudiants à Lomé.

Tout est en fait partie d’un projet de coopération. Via l’association Cap Togo, la mairie de Belfort avait en 2012 expédié ses anciens ordinateurs à Lomé, capitale du Togo en Afrique de l’Ouest, où des salles de réseaux avaient été installées. Certains enseignants du département Informatique de l’UTBM s’étaient alors proposés de se rendre sur place pour faire fonctionner les machines, en les adaptant aux besoins locaux, et délivrer quelques enseignements aux étudiants. C’est ainsi que sont nés les premiers contacts qui, trois ans plus tard, allaient aboutir à la création, à Lomé, d’une très attendue licence Multimédia-Technologie Web et Infographie. La formation a accueilli sa première promotion au début de l’année.

Trente étudiants chaque année

“Ce projet a vu le jour dans le cadre d’une convention-cadre d’échanges d’étudiants et d’enseignants, conclue entre l’UTBM et l’Institut Africain d’Informatique (IAI), une structure qui rayonne sur onze pays du continent”, explique Sid Lamrous, cheville ouvrière de cette formation, enseignant en informatique et maître de conférences. “Et si tout cela s’est concrétisé, nous le devons notamment à Constant Kodjo Agbeti, le directeur de l’IAI-Togo, qui a beaucoup œuvré pour rendre possible cette coopération. Il est venu plusieurs fois à l’UTBM où il a rencontré notre direction, et nous a accueillis dans de très bonnes conditions à Lomé”

La première promotion compte une vingtaine d’étudiants, mais l’objectif à terme est d’en accueillir une trentaine chaque année.Douze UV sont au programme, dont sept, qui concernent surtout les matières techniques, sont assurées par trois profs de l’UTBM. “Les cours sont dispensés aux trois-quarts à distance”, détaille Sid Lamrous. “Ils sont médiatisés avec l’aide du Centre d’innovation pédagogique de l’UTBM, et partagés via la plateforme Moodle”. C’est également en ligne qu’est assuré tout le suivi, avec un système d’évaluation garantissant l’efficience du travail des étudiants togolais. L’enseignement prévoit aussi des semaines de renforcement, où les professeurs français font le voyage jusqu’à Lomé.

De nombreux débouchés

Cette licence s’effectue soit de façon classique, soit en apprentissage, l’étudiant passant alors la moitié de son temps en cours, et l’autre moitié dans une entreprise qui l’accueille. Un mode d’enseignement complètement nouveau au Togo, où l’apprentissage n’existe pas. “Nous l’introduisons dans le pays, en souhaitant qu’il fonctionne et se développe”, sourit Sid Lamrous. “Plus globalement, la mise en place de cette formation exige un esprit de volontariat, d’expérimentation. Mais notre ambition, à l’UTBM comme à Lomé, est bien qu’elle réussisse et qu’elle puisse être dupliquée dans d’autres pays et d’autres disciplines”.

En tout cas, la motivation des étudiants, elle, est à son maximum ! “Ils sont très assidus et dans le pays, l’ouverture de cette licence a constitué un véritable événement”, assure le maître de conférences. Il faut dire qu’en ce qui concerne le multimédia et le web, le Togo est un marché encore parfaitement vierge. “Il y a tout à faire, et la demande est très forte au niveau de l’édition, des chaînes de télévision, de l’internet… Il y a par conséquent de nombreux débouchés pour des gestionnaires de projets multisupports, des rédacteurs multimédia, des webmasters ou des conseillers en e-learning fraîchement diplômés”.



Crédits

Un article de : Serge Lacroix
Crédits photos : UTBM /DR

  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *