L’UTBM fête ses 20 ans

Depuis sa création en 1999, l’UTBM a délivré 9390 diplômes d’ingénieur, masters et doctorats, dans les domaines de l’énergie, de la mécanique, de l’informatique ou encore du génie électrique. L’UTBM fête cette année ses 20 ans : à la fois école d’ingénieurs et université, elle représente une troisième voie d’enseignement supérieur et de recherche, et est devenue incontournable tant dans le paysage académique que sur son territoire.

Une troisième voie

Traditionnellement, la culture française considère séparément la science, la technologie et la société, une configuration dans laquelle la technologie fait parfois figure de vilain petit canard : c’est en l’an 2000 seulement que naît l’Académie des technologies, symbole de reconnaissance s’il en est. Rapprocher les trois sommets du triangle vers un point central est cependant une conception qui fait son chemin dans certains esprits : elle a abouti à la création des universités de technologie au début des années 1970, dont la spécificité a été inscrite dans le Code de l’éducation… en 2018.
L’université de technologie de Compiègne naît en 1972, posant les bases d’une université d’un nouveau genre, une troisième voie entre l’université classique et les écoles d’ingénieur : la technologie devient une forme d’enseignement à part entière, pluridisciplinaire, adossée à la recherche scientifique, tournée vers le monde de l’entreprise et vers la société. L’université de technologie de Troyes (UTT) suit en 1994, et en 1999, l’université de technologie Belfort-Montbéliard (UTBM) naît de la fusion de l’Enibe (École nationale d’ingénieurs de Belfort) et de l’IPSé (Institut
polytechnique de Sevenans). Toutes trois, implantées dans des villes moyennes, reçoivent un fort soutien de la part des collectivités territoriales.

Actrice de son histoire


« L’UTBM est riche de ses 3000 élèves ingénieurs, étudiants en master et doctorants, de ses 400 personnels, de ses nombreux partenaires : 3000 industriels, 140 universités, institutionnels, et de ses alumni », déclare Ghislain Montavon, directeur de l’UTBM depuis 2016, qui ne peut que se réjouir par ailleurs des excellents résultats enregistrés par l’établissement. Élue 5e école française la plus adaptée à l’entreprise en 2014, l’UTBM est la 7e plus importante école d’ingénieurs sur les 201 que compte le pays. Elle a formé et diplômé 9390 élèves et étudiants en 20 ans. Aujourd’hui, 80% de
ses jeunes recrues viennent de toute la France et de plus de 50 pays dans le monde : c’est la lisibilité et l’attractivité de tout un territoire qui s’en trouvent renforcées.
Un territoire auquel l’UTBM est historiquement liée, et dont elle est pleinement actrice. Son engagement en 2017 dans le projet Territoire d’innovation de grande ambition (TIGA), porté par la Grand Belfort et le Pays de Montbéliard agglomération (PMA), en est l’une des plus récentes
illustrations. Dans ses gènes aussi, la connexion au monde socioéconomique et à l’entreprise, avec laquelle pas moins de 350 contrats de recherche étaient signés en 2018.
Exemple novateur de la « porosité avec le monde industriel » que souhaitent renforcer Ghislain Montavon et son équipe : la création, en ce début d’année, de deux chaires industrielles, l’une avec l’entreprise mondiale de conseil en ingénierie Altran, l’autre avec le géant de l’électricité français, EDF.

L’Innovation à plein régime

De plus en plus manifeste, l’ouverture de l’UTBM à son environnement peut être symbolisée par le vocable Crunch : décliné en plusieurs dispositifs, il devient une véritable marque de fabrique de l’établissement. Tout commence avec l’UTBM Innovation Crunch Time, créé en 2017 : considéré comme « le plus grand exercice pédagogique de ce type jamais organisé dans l’Hexagone », il fait plancher plus de 1600 élèves et étudiants sur quelque 160 sujets concoctés par 40 partenaires industriels. Un exercice grandeur nature, placé à une interface université-entreprise pour le moins inhabituelle, incitant à l’émergence de nouvelles idées et à leur matérialisation sous la forme d’une maquette ou d’un prototype. Un événement gigantesque sur le site de l’Axone à Montbéliard, où l’édition 2019 est prévue sur cinq jours, du 13 au 17 mai, et pour lequel les moyens techniques sont mis à disposition par le CrunchLab, un autre emblème maison. Le CrunchLab procède lui aussi d’une logique de mise en commun des intelligences et des compétences au service de l’innovation, sur le long terme. S’il occupe aujourd’hui 500 m² de locaux sur le campus de Belfort, il devrait en investir 1500 à la fin de l’année 2020.


Technologie et sciences humaines

L’UTBM fait sienne la définition de la technologie énoncée par
Guy Deniélou, le fondateur de l’UTC : « La technologie, c’est le nom que
prend la science quand elle a pour objet les produits et les procédés de
l’industrie humaine ». Élevée au rang de « fait social », la technologie se
doit alors d’être l’objet d’un enseignement pluridisciplinaire : l’étude
des techniques à proprement parler, et celle des sciences humaines et
sociales, permettant de leur donner sens. Le cursus d’ingénieurs de
l’UTBM, quelle que soit la spécialité, compte ainsi de l’ordre de 25%
d’enseignements en sciences humaines et sociales, visant l’acquisition,
d’une part de compétences utiles pour l’exercice du métier d’ingénieur,
comme le marketing, le management ou les langues étrangères, d’autre
part d’une solide culture générale, mêlant épistémiologie, philosophie…,
permettant de développer esprit critique et ouverture sur le monde, en
écho à l’internationalisation obligatoire des cursus.

 

Peuplé d’imprimantes 3D, de scanners et autres équipements de maquettage, il est destiné aux besoins de la communauté universitaire, de l’entreprise et du grand public. Ce tiers lieu se veut largement ouvert sur la cité et le territoire, à l’image de l’établissement. La CrunchFactory, dont la création est prévue d’ici un an, viendra en prolongement de ces dispositifs pour donner la possibilité d’établir des preuves de concepts et de procédés à l’échelle industrielle. « Il s’agit, à terme, de proposer un ensemble cohérent d’outils sur une chaîne de valeur complète. » Outre ces moyens dédiés à l’innovation, l’UTBM dispose de plateformes pédagogiques et de recherche orientées vers ses domaines de prédilection, comme la pile à combustible et la technologie hydrogène, le traitement de surfaces, la réalité virtuelle ou encore la robotique. En projet, la plateforme Mobilitech, dédiée à la mobilité et aux transports, se structure progressivement à Montbéliard.

Crédits

Un article de : Catherine Tondu pour le journal « En direct »
Crédits photos : UTBM / DR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.