Corentin Goulet : Sur les ondes

Côté cour – Toujours câblé

Étudiant en deuxième année de tronc commun, Corentin Goulet a trouvé dans la formation de l’UTBM un moyen d’allier passion et orientation professionnelle. Compétences et connaissances en électronique, électricité ou encore robotique devraient lui permettre en effet de ne pas s’éloigner de la technique son et lumière qu’il pratique depuis l’âge de 12 ans.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est cette passion du « son et lumière » qui l’a mené à des études d’ingénieur plutôt qu’aux arts du spectacle. Passion qui remonte à loin, à l’époque où Corentin Goulet a commencé à faire du théâtre dans le cadre d’activités extra-scolaires, à 11 ans, au sein de la Compagnie la Parlott’ à Turquant, sa ville natale (Maine-et-Loire). « La première année, j’ai essayé de me mettre dans la peau d’un acteur, mais dès la deuxième année, j’étais au son », raconte l’étudiant. « Au début, je faisais n’importe quoi, je mettais plein de ‘projo’. Et à partir de 15 ans, j’ai commencé à faire ça très sérieusement. Pour finalement, à 18 ans, monter ma micro-entreprise pour en faire un boulot d’été ». Joli premier boulot, puisqu’il s’agissait là de sonoriser les scénettes d’un spectacle, trois fois par jour, au château de Saumur.
L’arrivée à l’UTBM dès la rentrée de septembre qui a suivi ce job d’été, en 2014 après avoir décroché son bac S spécialité sciences de l’ingénieur, n’a pas marqué pour autant l’arrêt de cette activité. Bien au contraire. Car en plus de continuer d’exercer celle-ci, en indépendant le week-end, le choix de la formation a été aussi et surtout, explique-t-il, une manière de ne pas tourner le dos à cette passion. « Je suis passionné par l’électronique et la technique et, à 17 ans, j’ai eu un doute sur l’orientation que je devais privilégier car ma passion du son et lumière prenait le dessus », explique l’étudiant. « Je me suis renseigné sur ce que je pourrais faire sans couper avec cette passion et sans être intermittent du spectacle, et j’ai trouvé la formation d’ingénieur. Formation dans laquelle on est notamment formé à l’électronique, l’électricité, la robotique, et qui pourrait m’ouvrir par exemple les portes d’entreprises de fabrication de matériel en son et lumière : enceintes, amplis, projecteurs asservis, donc robotisés… Et en continuant mes activités l’été, je pouvais monter un double CV et développer progressivement ce projet. »


Le son et lumière au service de l’établissement

Pour autant, le choix de carrière n’est pas encore totalement arrêté, car concède Corentin, il « préfère faire de la prestation ». « Après mes études, j’essaierai, soit de trouver un job de directeur technique ou de responsable événementiel, sachant qu’un ingénieur sait être un manager d’équipe », poursuit le jeune homme, « soit de proposer mon expertise sur le terrain en allant vendre ces produits pour les spectacles ».

« Entre vie associative et cours d’électronique, l’UTBM me permet d’être à cheval entre le technicien et l’artiste, séparés dans la vraie vie »

Au-delà des cours, Corentin Goulet aime mettre aussi son activité de technicien du spectacle en son et lumière au service de son établissement : lors du congrès industriel et à la semaine d’intégration en septembre, à la remise des diplômes et au Gala de novembre, pour l’inauguration du data center en avril, au Festival du Film d’un jour en mai, au Festiv’UT en juin, au TEDx de Belfort, événement organisé en septembre dernier, qui permet de partager des idées, concepts, connaissances… Et il est responsable du club Lumières. Club qu’il a contacté très 25563973123_a80e0acf4a_mvite après son arrivée à l’UTBM. « Un mois sans toucher ma console, j’ai craqué ! », s’amuse l’étudiant.

Le choix de la filière énergie

Aujourd’hui, Corentin Goulet ne regrette pas le choix de l’UTBM même si l’activité de son et lumière lui prend par ailleurs 40 % de son temps. Pour deux raisons. « Parce que j’ai une grosse vie associative », explique-t-il, « et parce que l’établissement permet de construire son parcours à la carte, donc un parcours personnel. Je peux ainsi déjà me spécialiser, via des unités d’enseignement, en électronique par exemple. »

Ce choix lui permet aussi « d’être à cheval entre le technicien et l’artiste, séparés dans la vraie vie ». Et ce n’est pas un hasard s’il a choisi de s’orienter dès l’année prochaine dans la branche énergie de l’établissement. Quand on est attiré par la lumière…

25561844634_340125a44a_z

Côté jardin – Le spectacle et la politique en lumière

Des passions ? Le son et la lumière. Dès l’âge de 8 ans, j’adorais faire le DJ dans les anniversaires et les mariages. Et la vie nocturne m’intéressait déjà. J’ai commencé réellement le son et lumière avec des petits groupes de musique et en aidant chaque fois qu’une scène s’installait dans mon village. Et j’ai sonorisé régulièrement trois groupes entre l’âge de 17 ans et 18 ans. Ça m’a fait énormément progresser !

Qu’y trouves-tu ? J’ai fait 10 ans de batterie mais j’ai toujours été mauvais en musique (rires). Je ne sais pas chanter, pas danser mais j’aime le milieu artistique. Je me suis dit que j’allais essayer de passer derrière la scène. Ce qui a été une bonne idée. J’ai réussi à rentrer dans le monde du spectacle sans être artiste. Et j’aime cette adrénaline pendant le montage, avant de se lancer et pendant le spectacle. Ce n’est pas comme au cinéma où l’on peut faire quinze fois la même prise ! Il faut que ça marche dès le premier coup. Je n’ai trouvé nulle part ailleurs cette sensation.

« J’aime cette adrénaline pendant le montage, avant de se lancer et pendant le spectacle. Je n’ai trouvé nulle part ailleurs cette sensation »

D’autres centres d’intérêt ? Je m’intéresse à la politique, car elle régit un peu toute notre vie. Sans elle, pas de routes, pas d’écoles… J’en ai pris conscience assez tôt et j’ai appris à prendre de la hauteur pour regarder la politique nationale et internationale qui a un rôle important aussi. Chez moi, on parlait beaucoup de politique, on regardait le journal télévisé, on réfléchissait ensemble aux décisions qui étaient prises. Et mon père est engagé depuis 1995. Je suis né en 1996, je baigne dedans depuis tout petit. Il a été maire de Turquant pendant 19 ans, puis élu aux cantonales et conseiller général de 2004 à 2015, avant de se présenter sur la liste municipale de Saumur. Il est 1er adjoint au maire depuis 2015. Et j’aime aussi la musique, tout : Faada Freddy, Damien Saez, Asaf Avidan, Amy Winehouse… Et l’instrumental me procure beaucoup d’émotions.

Qu’est-ce qui t’intéresse dans la politique ? J’ai envie de sensibiliser et de convaincre les autres. Pour cela, il faut avoir réfléchi aux sujets, s’être forgé une identité politique. Et même si l’histoire ne m’intéressait pas, il m’a fallu me pencher sur celle-ci, en particulier le 20e siècle pour comprendre le monde actuel.26140664826_6ba4c93c07_m

Comment se traduit cet intérêt ? J’ai aidé mon père sur les deux dernières campagnes de communication électorale. J’ai fait le 4 pages promotionnel, le site internet, les oriflammes, un éco-cup. Cela m’a beaucoup plu et j’y ai appris le travail en équipe. J’ai essayé de prendre du recul et de me mettre à la place de l’électeur, ce qui est un peu compliqué quand quelqu’un de sa famille se présente ! Mais j’espère avoir fait évoluer la campagne à mon petit niveau. Et j’ai aussi fait le son et lumière de la réunion de lancement de campagne.

Comptes-tu t’engager ? Je ne veux pas m’engager pour l’instant car c’est un monde féroce et extrêmement hypocrite. Et même si on travaille énormément, on ne vous le rend pas forcément. Je ne m’en serais peut-être pas rendu compte si mon père n’avait pas été un élu. Sinon, éventuellement au CEVU (Conseil des études et de la vie universitaire) de l’UTBM. Là, c’est plus personnel et cela me permettrait de comprendre le fonctionnement de mon établissement.

Crédits

Un article de : Camille Pons
Crédits photos : Samuel Carnovali

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *