L’UTBM au coeur du futur collège doctoral

L’UTBM au coeur du futur collège doctoral

Mis en place à la rentrée 2016, ce nouvel outil sera le lieu de la concertation et de la coopération des six établissements et écoles doctorales, fondateurs de l’Université de Bourgogne Franche-Comté pour la formation des futurs docteurs.

A la rentrée 2016, l’Université de Bourgogne Franche-Comté (UBFC) va se doter d’un nouvel outil : le collège doctoral. “Cette structure”, explique Sophie Chauveau, directrice de la recherche et des études doctorales de l’UTBM, “remplira deux grands types de missions. Elle définira la politique doctorale d’une part, et veillera d’autre part à l’harmonisation et à la coordination de l’activité des différentes écoles doctorales de la région. Cela concernera par exemple les modalités d’inscription aux thèses, les soutenances ou les co-tutelles”.

Asseoir la promotion du diplôme de doctorant

Organe de dialogue, de concertation et de coopération entre les établissements, le collège doctoral sera composé d’une quinzaine de membres, représentant les doctorants, les enseignants-chercheurs, les écoles doctorales et les personnels administratifs. “Cet outil a également vocation à asseoir la promotion du diplôme de doctorant”, poursuit Sophie Chauveau, “et à favoriser les expériences à l’étranger. Le collège doctoral définira aussi la politique d’accueil des doctorants étrangers, qui constituent entre 30 et 60 % des effectifs selon les écoles”.

Six écoles accueilleront les futurs docteurs : Environnement et Santé (ES), Carnot-Pasteur, Sciences pour l’ingénieur et microtechniques (SPIM), Sociétés, espaces, pratiques, temps (SEPT), Droit, gestion, sciences économiques et politique (DGEP), Lettres, communication, langues, arts (LECLA). Le collège doctoral veillera au bon fonctionnement de l’administration de ces écoles.

Valoriser les expériences d’enseignement et en entreprise

Au niveau central, la présidence d’UBFC, le directeur des études doctorales et le collège doctoral s’assurent du respect de la politique doctorale et de la mise en application des règles communes (Charte des thèses, procédure d’inscription à l’habilitation à diriger les recherches, plan de formation individuel, etc.). Au niveau des trois sites (Besançon, Dijon, Belfort-Montbéliard), l’administration des études doctorales se structure autour des écoles  qui contrôlent la validité scientifique des inscriptions, des soutenances et des formations disciplinaires. Les écoles sont sous l’autorité du bureau des études doctorales qui exerce le contrôle administratif des inscriptions, des soutenances des co-tutelles ou encore des formations.

Ce nouveau dispositif dotera les écoles doctorales d’UBFC d’outils communs permettant d’identifier et de valoriser les compétences acquises par les doctorants. Une meilleure reconnaissance qui prendra en compte non seulement les travaux liés à la thèse, mais aussi l’expérience d’enseignement des doctorants donnant des cours aux étudiants, ainsi que l’expérience de management, de conseil ou d’accompagnement de projet exercée en entreprise. “Des formations didactiques à la pédagogie seront par exemple proposées aux doctorants qui enseignent”, illustre Sophie Chauveau. “Le collège doctoral veillera également à une meilleure insertion des personnes après leur doctorat, en mettant en place un accompagnement plus suivi en entreprise”.

A la rentrée prochaine, sur le site de Belfort-Montbéliard, c’est l’UTBM qui a été choisie comme le “guichet d’entrée” pour l’inscription des doctorants dans le nord Franche-Comté.



Crédits

Un article de : Serge Lacroix
Crédits photos : UTBM /DR

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *