Un semestre aux Etats-Unis : feel the difference

Chaque année, des étudiants de l’UTBM effectuent un semestre d’études aux États-Unis alors que de jeunes américains viennent occuper les bancs de l’UT. Pour les uns comme pour les autres, c’est souvent un bouleversement extrêmement positif : en plus de pratiquer une langue étrangère, ils se frottent à l’interculturel, à de nouvelles méthodes d’apprentissage, développent leur autonomie, autant de qualités qui leur serviront dans la vie professionnelle.

 

À l’Ouest…

 

Christian Lodjeu

Exceptionnel ! Je me suis retrouvé au milieu de plus de 20 nationalités différentes et j’ai adoré cet environnement multiculturel.


Son séjour
« Mon séjour à l’université du Wisconsin à Platteville, durant mon avant-dernier semestre, n’est pas dû au hasard.  Lorsque je suis arrivé à l’UTBM en 1re année de branche, je me suis rendu compte qu’il était possible de faire un semestre à l’étranger. Les États-Unis étaient mon premier choix. C’est un pays que j’aime beaucoup. J’adore sa culture, les mentalités, l’absence de préjugés, de complexes, l’économie et j’aimerais à terme y créer ma propre entreprise, dans la Silicon Valley.

paddle_in_the_governo's_park3


Ce qui l’a marqué
« Il y a de très grosses différences avec le système français au niveau de l’apprentissage. Les cours ne dépassent pas une heure, ce qui permet aux étudiants de retenir plus facilement l’enseignement. Mais nous devons effectuer davantage de recherches personnelles.J’ai découvert là-bas des gens très accueillants et très chaleureux. C’était exceptionnel ! Je me suis retrouvé au milieu de plus de 20 nationalités différentes et j’ai adoré cet environnement multiculturel ! Et puis, les américains adorent les fêtes. Ils en font tout le temps ! J’avais une famille d’accueil, avec qui je pouvais partager des moments. Ils m’ont invité chez les grands-parents pour Thanksgiving. Cette famille, qui m’a considéré comme l’un des leurs, fut l’une des meilleures choses que j’ai connues là-bas.

Des aides au départ

Les étudiants candidats pour effectuer un semestre d’études aux États-Unis peuvent éventuellement bénéficier d’aides au départ :

  • Une bourse Aquisis, attribuée par le Conseil régional de Franche-Comté sur critères sociaux pour des périodes d’études à l’étranger (hors COM-DOM-TOM) dans un établissement partenaire de l’établissement.
  • Avant le départ aux États-Unis, les étudiants suivent 2 heures de « Debriefing Class » pour se préparer à la vie américaine, à y étudier et à trouver leur place dans la vie étudiante. Les étudiants qui arrivent à l’UTBM peuvent suivre le « Cross Cultural Studies » qui les aide à « décoder » la vie française et les prépare à leurs études en France.
  • En 2013, 19 semestres d’études ont été effectués en Amérique du Nord, dont 4 aux États-Unis, dans l’université de Platteville, dans le Wisconsin, partenaire de l’UTBM depuis 2008, et la Southern Polytechnic State University, basée en Géorgie, partenaire depuis 2012.

homecoming_parade5Transformé ?
« Ce séjour m’a surtout permis de développer des compétences transversales. D’un point de vue humain, je suis plus à l’aise et j’aborde les problèmes différemment. Les américains savent davantage garder leur calme, même face àbune surcharge de boulot. J’ai été imprégné de cette mentalité « take it easy » ! J’ai aussi baigné dans un univers où l’on ose prendre davantage de risques, où l’on ose entreprendre. Et évidemment mon niveau d’anglais a beaucoup augmenté. »

Laurent Russier

Un véritable choc culturel qui nous amène à voir les choses différemment !

laurent_russier_shooting_range (2)

 

Son séjour
« Le semestre effectué en 5e année à la Southern Polytechnic State University, en Géorgie, était mon second séjour à l’étranger dans le cadre de mes études, après un stage effectué en Espagne, à Madrid, en 4e année. Mes motivations ? Améliorer mon anglais tout en allant au pays de l’informatique, d’autant que j’aimerais travailler dans ce pays, où il y a plus d’espace pour vivre et où l’on peut gagner beaucoup d’argent. »

Ce qui l’a marqué
« J’y ai croisé davantage de personnes adultes qui reviennent à l’université, notamment en cours du soir. J’ai également aimé les infrastructures et les services du campus. Là-bas, les gymnases, piscines, salles de musculation, terrains de badminton, etc., sont ouverts quasiment tout le temps ! Et les clubs pullulent.
laurent_russier_carving pumpkins_sculpture_de_citrouillesPeu importe ce que l’on veut faire, on trouve ! J’ai aussi profité d’événements festifs originaux, le concours de lancer de citrouilles avec des trébuchets, les soirées poker ou encore les soirées dansantes où chacun reçoit la musique en Bluetooth grâce à un casque. Quand on l’enlève, on voit les gens danser dans le silence ! »

Transformé ?
« J’ai amélioré mon niveau d’anglais et la compréhension de termes techniques, en particulier en maths. Dans tous les cas, c’est une expérience que je conseille fortement : un véritable choc culturel qui nous amène à voir les choses différemment ! »

À l’Est…

 

 Cara Savage

La difficulté des cours et l’immersion dans la langue française m’ont donné davantage confiance en moi

Son séjour
cara_savage_a_gauche_saint_paddy's_day« Je suis venue à l’UTBM au 2nd semestre, dans le cadre de ma 2e année d’études que j’effectue à l’université de Plateville dans le Wisconsin. J’avais envie d’étudier en France et de perfectionner le français que j’apprends depuis 7 ans. »

Ce qui l’a marquée
« Nous n’avons pas de livre en cours et beaucoup de devoirs pour appliquer ce que l’on apprend en cours. Il faut davantage faire les choses soi-même ! Une grosse différence de méthode qui va me faire apprécier, à mon retour, toutes les petites aides dont nous bénéficions aux États-Unis, livres, tests… De plus les cours font deux ou trois heures alors qu’ils durent une heure aux États-Unis. Si on est malade un jour, on perd toute la semaine.
cara_savage_au_centre_club_welcome_bowlingJ’ai aussi été marquée par des pratiques culturelles différentes, la bise par exemple ! C’est très bizarre la première fois. J’ai aussi rencontré des étudiants d’horizons très divers, avec qui j’ai pu partager des soirées, des activités, visiter, profiter d’événements comme la semaine de bienvenue organisée par le club Welcome.
Enfin, j’ai profité de la région et d’autres villes en France et trouvé beaucoup de temps pour voyager : à Prague, Budapest, Barcelone, Tenerife, en Irlande, à Casablanca, Rabat et Marrakech. »

 Transformée ?
« La difficulté des cours et l’immersion dans la langue française m’ont donné davantage confiance en moi. Je suis contente d’avoir tenté cette expérience même si ma famille me manque beaucoup. »

Mizaan Pirani

Une expérience incroyable ! Chaque ville a une culture, des personnalités, des particularités, des spécialités gastronomiques, même des langages très différents…

Son séjourMizaan_pirani_budapest« Je suis venu suivre un semestre à l’UTBM, dans le cadre du partenariat mis en place avec mon université, la Southern Polytechnic State University, basée en Géorgie. Ce qui m’intéressait, c’étaitde pouvoir suivre des cours ici qui me permettront de continuer en 2e année sans me « répéter », tout en apprenant le français, et de voir si j’étais capable d’aller ensuite étudier dans plusieurs pays, m’éloigner de ma famille et devenir autonome. »

Ce qui l’a marqué

« Suivre des cours de deux ou trois heures. Rater un cours, c’était rater toute la semaine. Et il a fallu apprendre à se concentrer sur un temps plus long. De plus, ici, nous n’avons pas de livres, nous devons noter. Nous sommes obligés d’être plus attentifs en classe et d’apprendre davantage.
Mizaan_pirani_maroc (1)D’un point de vue personnel, ça a été une expérience incroyable ! J’ai découvert ce pays mais aussi l’Europe. J’ai pu visiter Colmar, Strasbourg, Lyon, Paris, Prague, Budapest, Barcelone, Tenerife, Londres, Bâle et même le Maroc.
Chaque ville, même en France, a une culture, des personnalités, des particularités, des spécialités gastronomiques, même des langages très différents… Les gens viennent de partout, vivent ensemble, s’adaptent, apprennent la langue, tout en vivant leur propre culture. Et la vie ici est plus détendue. Moins de stress et c’est très bien ! »

Transformé ? « C’est une expérience qui va définitivement m’aider pour trouver un futur job. D’autant que j’aimerais travailler en Suisse ou en Australie. Je sais que je suis capable d’apprendre différentes langues, de m’adapter… J’ai aussi appris à tout gérer tout seul et à étudier en même temps, donc à manager mon temps. C’est un excellent apprentissage de la vie. »

 

 

 

Crédits

Un article de Camille Pons
Crédits photos : UTBM / DR
  

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *