Un master très « mobile »

Ce sera sa deuxième rentrée. Le master recherche GIT (Génie industriel et transport) façonne des profils très « mobiles » puisqu’il forme des futurs cadres d’entreprises ou des chercheurs qui seront à même d’imaginer des solutions pour améliorer et optimiser la mobilité urbaine, que ce soit en modélisant le déplacement des personnes ou le transport de marchandises, ou en imaginant des aménagements urbains et des formes de mobilité innovantes.

Le sujet intéresse du monde. Comment améliorer les moyens de transports et les trafics, notamment en milieu urbain,git_edim_simercos_utbm pour décongestionner, limiter la pollution, les risques, mais aussi optimiser les livraisons, les déplacements afin de satisfaire au mieux des clients, des usagers, des habitants… ? Collectivités, entreprises de transports disposant de flottes de véhicules pour la distribution, dépendantes de livraisons régulières comme les surfaces commerciales alimentées par des centrales d’achat, ou encore entreprises de travaux et de service, toutes ces structures sont à même d’apprécier qu’on leur propose de modèles plus performants pour améliorer leurs services, les conditions de travail et les cadres de vie, mais aussi leur rentabilité en limitant notamment les coûts.

Dans ce master 2 spécialité « Systèmes innovants en logistique, mobilité et usages urbains », conçu avec l’ENSMM de Besançon et l’ESTA de Belfort*, les étudiants ont accès à deux options dispensées sur les campus de Belfort et Montbéliard : « Logistique et mobilités urbaines », qui concerne aussi bien les transports de marchandises que ceux des particuliers, et « Ingénierie des facteurs humains, produits nouveaux et mobilité urbaine ».

Les premiers diplômés seront amenés à concevoir et à modéliser de nouvelles formes d’organisation permettant de fluidifier et d’optimiser le trafic, ou de nouvelles formes de gestion des transports de marchandises en ville. Ils sauront aussi concevoir des plateformes logistiques, proposer des méthodes permettant d’optimiser les opérations de chargement… Les seconds seront à même d’imaginer des systèmes de transports ou des produits nouveaux prenant en compte le facteur humain : ils pourront concevoir de nouveaux usages de transports, dans les domaines de la mobilité douce ou partagée par exemple, mais aussi travailler sur l’accessibilité, en imaginant notamment des systèmes d’aide à la mobilité.

Des profils qui pourront imaginer des solutions pour une meilleure mobilité urbaine

masters_git_simercos_utbmCes profils, comme le souligne le responsable du master, Olivier Grunder, pourront ainsi répondre à des préoccupations énergétiques, environnementales et économiques, préoccupations que partagent structures privées et publiques, mais également la société dans son ensemble. « Ces futurs ingénieurs d’études ou chefs de projets seront à même de déterminer de meilleures organisations et d’améliorer des infrastructures ou des services mis en place par des collectivités et des entreprises pour décongestionner les zones urbaines, explique-t-il. En collectivités par exemple, ils définiront des outils d’aide à la décision pour repenser des aménagements urbains ou encore l’organisation de services de ramassages, pour les scolaires, les déchets, ou encore des services tels que ceux affectés au déneigement… ».

À l’issue de la formation, les diplômés auront des ouvertures professionnelles d’autant plus larges que le master a été pensé pour « traiter les problèmes de transport de manière transversale, alors que la plupart des autres masters en France offrent une coloration plus spécifique. En étant orientés par exemple sur le transport des marchandises, ou encore sur les aménagements urbains », précise encore Olivier Grunder. L’ergonomie, abordée également durant la formation, sera aussi un précieux atout pour améliorer le confort, que ce soit au travers de la conception de postes de pilotage qui permettront de réduire les contraintes liées à la conduite ou de l’aménagement de l’intérieur de véhicules afin de mieux accueillir les passagers.

 Poursuivre dans les laboratoires de l’UTBM

Une partie des diplômés pourra également choisir d’investir des laboratoires qui ont fait de ces questions une spécialité, notamment au sein de l’UTBM. Former de nouvelles « têtes » qui permettront de faire progresser les MasterGIT-carrefour-feuxtravaux dans ce domaine figurait d’ailleurs parmi les objectifs visés par l’IRTES-SET, laboratoire qui est, au travers des équipes ECS, ERCOS et ICAP, à l’initiative de cette formation accréditée par le ministère l’an passé. Cette préparation à la méthodologie de la recherche se fait aussi au travers de deux unités d’enseignement. La première est consacrée à l’initiation à la recherche bibliographique. Les étudiants doivent réaliser un travail de synthèse d’un ou plusieurs articles scientifiques et en faire une présentation orale. La seconde porte sur un projet thématique que les étudiants doivent réaliser par eux-mêmes et présenter devant un jury d’enseignants.

Cette année, sur les 17 inscrits, 4 envisagent d’ores et déjà de poursuivre en thèse. L’ensemble des étudiants ont aussi démontré, en décrochant des stages dans des entreprises comme Alstom, Renault (Technocentre), Peugeot scooter, Groupe Parisot, qu’il y a de vraies attentes dans ce domaine. Attentes qui devraient être comblées avec l’ouverture, prévue dès cette rentrée sur Besançon, d’une troisième option « Risques et décision dans les systèmes distribués » portant sur la sûreté des systèmes de transports.

* l’École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques et l’École supérieure des technologies et des affaires

  • En savoir plus 
  • Candidater : demander son dossier en ligne à www.utbm.fr/inscription-master ou par mail à Danielle Bertrand, danielle.bertrand@utbm.fr, service Scolarité 3e cycle ,  au service des admissions, UTBM, 90010 Belfort Cedex.
    Le dernier jury d’admission se tiendra le 25 juin 2014
  • Contact : Olivier Grunder, 03 84 58 33 29, olivier.grunder@utbm.fr

Crédits

Un article de Camille Pons
Crédits photos : Florent Perronnet / Morad Mahdjoub


  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *