Le Tour d’Europe (ou presque) en 18 jours

Un mug de Salzburg, un mug de Zagreb, un de Bratislava… Sympas les souvenirs collectés par ces deux étudiants. Oui, bon et alors, direz-vous. Pourtant, en connaissez-vous beaucoup des étudiants qui profitent de l’inter-semestre pour aller visiter des universités ? En vue de relancer ou lancer des partenariats avec l’UTBM ?

Parcourir 9 pays et 16 villes d’Europe Centrale, s’arrêter dans 13 universités pour y rencontrer étudiants français, responsables d’établissements, représentants des alliances françaises, sections ESN, tout cela en 18 jours, du 10 au 28 février dernier, il fallait y penser. Pas si étonnant néanmoins, au regard des intérêts affichés par les deux étudiants qui ont fait ce périple, intérêts clairement marqués pour l’international. Et ce sont leurs propres expériences qui les ont motivés à donner un coup de pouce supplémentaire à l’UTBM pour encourager davantage la mobilité.

Dans leurs bagages, Alexandre Videau et Clément Arbib avaient emmené des mugs UTBM. Objectif de l'opération « Exchange your mugs » : symboliser, par l'échange de cadeaux « personnalisés » les échanges possibles entre universités.
Dans leurs bagages, Alexandre Videau et Clément Arbib avaient emmené des mugs UTBM. Objectif de l’opération « Exchange your mugs » : symboliser, par l’échange de cadeaux « personnalisés » les échanges possibles entre universités.

Aller faire les « ambassadeurs » de l’UT dans des universités d’Europe Centrale pour renforcer ou initier de nouveaux échanges était la première étape ce ce projet baptisé « UTBM on The Move ». La deuxième grande étape est en train de se concrétiser via la création d’une association, « International Students Belfort-Montbéliard », qui préfigurera la naissance d’une section ESN (Erasmus Student Network). Elle sera un atout de poids pour améliorer encore l’accueil des étudiants comme des stagiaires étrangers, et leur intégration en regroupant également tous ceux de l’Aire urbaine et en suscitant la formation d’un réseau professionnel.

Le parcours d’Alexandre Videau, l’un des deux étudiants instigateurs du périple, ressemble déjà à celui d’un globe-trotter. Inscrit depuis trois ans à l’UTBM, il a déjà effectué deux semestres à l’étranger, en 2012 et 2013 à Taïwan puis au Brésil, séjours complétés de deux Summer schools. Son acolyte du « Tour », Clément Arbib, affiche le même intérêt pour l’interculturel. Il a fait un semestre d’échange en Pologne et un stage en Angleterre durant son cursus, qu’il a achevé en 2013 et complété d’un master A2I*, et étudié pas moins de 6 langues différentes, du chinois au russe en passant par le polonais. Et les deux ont assuré également le pilotage du club Welcome durant le précédent semestre, club qui assure l’accueil des étudiants étrangers sur le campus.

4 roues, 2 valises et 3200 km plus tard, ils reviennent avec 6 nouveaux partenariats possibles

Ce sont ces parcours qui les ont convaincus des bienfaits d’aller plus loin encore dans l’internationalisation du campus.

« L’expérience à l’international est aujourd’hui indispensable dans un monde globalisé. On apprend à s’adapter à d’autres cultures, à d’autres fonctionnements, à être plus autonome…, un enrichissement très positif, y compris sur le plan personnel »,

confie Alexandre Videau. C’est aussi parce qu’il constate que certaines conventions « peinent à vivre », que le projet ne s’intéresse pas qu’à « dénicher » de nouvelles destinations possibles.

« Quand je suis parti à Taïwan, personne n’y allait. Le programme y a accueilli seulement 2 étudiants sur les 3 précédentes années, se souvient-il. Maintenant, 4 étudiants partent chaque semestre. L’un des objectifs de notre programme n’est donc pas seulement de créer de nouveaux partenariats, mais également d’en réactiver certains qui ne fonctionnent plus. Par manque d’informations, une offre de cours limitée, ou parce qu’ils semblent passés de mode… »

L’initiative a en tout cas porté ses fruits. 4 roues, 2 valises et 3200 km plus tard, Alexandre Videau et Clément Arbib sont revenus avec 6 partenariats universitaires possibles en poche. Un juste retour des choses, selon Alexandre Videau. « Je me sens très redevable à l’UTBM. Tout ce que j’ai pu faire, c’est grâce à l’établissement, à l’accompagnement qu’il m’a donné et aux bourses qu’il m’a permis de décrocher. Ce projet est un moyen de faire un retour en devenant ambassadeur de l’établissement à l’étranger pour encourager les échanges. »

Les 18 jours du Tour des deux étudiants étaient bien en « mode travail » : ils ont fait 16 étapes, dans 9 pays différents, se sont arrêtés dans 13 universités et y ont rencontré plus de 20 représentants « officiels »
Les 18 jours du Tour des deux étudiants étaient bien en « mode travail » : ils ont fait 16 étapes, dans 9 pays différents, se sont arrêtés dans 13 universités et y ont rencontré plus de 20 représentants « officiels »

Objectif 2015 : gagner l’appellation ESN et intégrer le réseau européen

Aujourd’hui, ces deux premiers « ambassadeurs » cèdent la main à d’autres étudiants qui vont contribuer à pérenniser le projet et à faire gagner l’appellation ESN au bout d’un an d’existence.

Romain Sénéchal, Julien Boni et Antoine Prevost, les nouveaux étudiants impliqués dans le projet, sont aussi motivés que leurs prédécesseurs. Entre autres gros projets sur lesquels ils « planchent » figure la mise en place d’un système de mentor : un élève assigné à un étudiant étranger pour le préparer à son arrivée puis à s’installer, en l’accompagnant dans toutes ses tâches administratives. Une idée empruntée à la Lituanie, où Romain Sénéchal avait effectué un stage dans le cadre de son DUT. « Je me suis rendu compte qu’un bon accueil est indispensable pour que le séjour se passe bien et pour rassurer le nouvel arrivant. Du coup, j’ai envie de contribuer à améliorer l’accueil des étudiants étrangers à l’UTBM », explique-t-il.

Sur le web

UTBM on the move
Facebook
Twitter

En savoir plus :
– sur le réseau ESN France : www.ixesn.fr
– sur le réseau ESN européen : www.esn.org


utbm_on_the_move_rencontre_brno_university_technology

Le projet induit un important travail de communication que les étudiants lanceront dans les semaines qui viennent, via un blog, des pages Facebook et Twitter, mais aussi par la présence sur de grosses manifestations, à l’instar du FIMU qui se déroulera à Belfort du 7 au 9 juin prochains. Car il ne suffit pas d’avoir l’idée, il va falloir trouver des étudiants volontaires pour devenir des mentors…

Les étudiants envisagent également d’organiser des visites d’autres villes, en s’appuyant sur les sections ESN qui y sont présentes, à Strasbourg par exemple, et proposer des visites de musées en développant des partenariats avec ces derniers.


* Affaires industrielles internationales
* accords bilatéraux et programmes d’échanges Erasmus

 

Crédits

Un article de Camille Pons
Crédits photos : Alexandre Videau et Clément Arbib / DR / UTBM

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *