Concevoir des bâtiments accessibles à tous : le réel apport de la réalité virtuelle

La notion de handicap, longtemps synonyme de déficience, prend dorénavant en compte le rôle des facteurs environnementaux (matériels et sociaux). En France, la loi de 2005 sur « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » a permis une avancée majeure dans le regard de la société sur la personne handicapée. Aujourd’hui, la participation à la vie sociale dépend autant de la réduction des déficiences que de la structuration d’une société qui se donne pour but l’accueil de tous quelles que soient les différences. Le postulat de cette loi est que la personne handicapée est membre à part entière et de droit de la société. Le concept « d’inclusion » prend le relais de celui « d’intégration ». Cette approche introduit alors la notion d’accessibilité généralisée de l’environnement. Il en résulte que depuis cette loi de 2005, les architectes travaillant sur des établissements recevant du public se doivent de respecter des obligations légales en termes d’accessibilité du cadre bâti.

L’un des principaux outils utilisés pour répondre à ce défi est le diagnostic de l’accessibilité. Ce dernier est réalisé avant toute livraison d’un bâtiment neuf, ou pour le contrôle et la mise aux normes de bâtiment anciens. Il décompose l’environnement selon différents points et énonce pour chacun les principes d’accessibilité et ses règles.

La réalité virtuelle, du fait de ses capacités d’immersion sensorielle et motrice dans un environnement numérique, a montré toute sa pertinence dans le processus de conception des bâtiments. Par contre, son utilisation pour l’intégration des aspects liés aux situations de handicaps n’en est encore qu’à ses prémisses. Les travaux de recherche menés par l’IRTES, en partenariat avec le Conseil Régional de Franche Comté et le Centre Hospitalier Belfort Montbéliard (CHBM), ont permis de valider que le fait que la réalité virtuelle immersive reste un support pertinent pour la réalisation d’un diagnostic de l’accessibilité d’un bâtiment en cours de conception. Les avancées, obtenues notamment dans le cadre des travaux de la thèse en psychologie de Thierry BAEUMLE soutenue en 2012 (« Concevoir des bâtiments accessibles à tous : approche méthodologique centrée utilisateur basée sur les outils de réalité virtuelle »), sont extrêmement prometteuses et laissent entrevoir le potentiel d’utilisation de cet outil, tant en termes de gain de temps que d’efficacité dans la prise en compte des situations de handicaps.

D’autres études et recherches autour de l’utilisation de la réalité virtuelle immersive, pour une conception centrée sur l’utilisateur, sont actuellement en cours au sein de l’IRTES.
Une journée thématique intitulée « Un regard différent sur le handicap » sera organisé le 28 novembre prochain de 12h00 à 16h00 à l’UTBM (site de Sevenans) afin de confronter les chercheurs aux personnes en situation de handicap utilisatrices potentielles des outils et technologies issus des travaux de l’IRTES.

Contact : Florence BAZZARO – IRTES-SET
Sources : Irtes Infos

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *