L’intelligence artificielle au cœur des recherches du CIAD

Concentré d’intelligence artificielle… et humaine, le CIAD regroupe des équipes de l’UTBM et de l’université de Bourgogne. Aperçu de la démarche et des activités de ce laboratoire de recherche en lien direct avec le monde industriel et les préoccupations sociétales.

Elle sait poser un diagnostic médical et sélectionner de la musique à la demande, elle est capable de créer une œuvre d’art aussi bien que de diriger une voiture… L’intelligence artificielle s’impose dans tous les domaines et semble ne connaître aucune limite. Qu’on la juge avec inquiétude ou enthousiasme, elle ne manque pas de fasciner. Née pour simuler l’intelligence de l’homme, elle rassemble les méthodes et les technologies qui permettront à des machines de se comporter comme lui, de faire preuve de raisonnement et de prise de décision, de témoigner d’une intelligence comparable. Le CIAD, pour Connaissance et Intelligence Artificielle Distribuées, est un laboratoire de recherche dédié à certaines des multiples facettes de l’intelligence artificielle (IA). Né avec l’année 2019, le CIAD conjugue des compétences d’équipes de l’UTBM et de l’université de Bourgogne (UB). Il ne lui a pas fallu plus de 6 mois pour obtenir le label Carnot, attribué aux structures de recherche publique dans le but de favoriser les partenariats avec l’entreprise. « Le CIAD fait preuve d’une politique de valorisation très forte et active auprès de l’industrie, explique Stéphane Galland, enseignant-chercheur en informatique à l’UTBM et directeur adjoint du laboratoire. Le label Carnot est une reconnaissance de cette démarche en faveur de de la valorisation dans les entreprises et donne la possibilité de s’intégrer au sein d’un réseau économique et scientifique ».

La connaissance, brique de base de l’intelligence artificielle

Comme la première lettre de son acronyme le signifie, le CIAD s’intéresse aux questions de représentation des connaissances en matière d’intelligence artificielle, notamment à travers des modèles sémantiques et ontologiques, une des spécialités de l’équipe bourguignonne qui possède une position de référence dans ce domaine en France.

Crédit photo : CIAD

Il est ici question de bâtir des modèles numériques à partir des connaissances accumulées sur un métier, une méthode, un procédé de fabrication, une machine… L’expérience métier sert ainsi à mettre au point des outils d’intelligence artificielle qui pourront venir en aide de manière efficace et adaptée à des salariés dans l’exercice de leurs activités. Un autre versant des activités du CIAD concerne l’intelligence artificielle distribuée, notamment les systèmes multi-agent, et les systèmes de perception de l’environnement. Ces aspects sont typiquement au cœur des recherches menées dans le Nord Franche-Comté, avec une mention spéciale pour les transports, un domaine d’application historique pour les équipes de l’UTBM : mise au point de véhicules autonomes, de simulateurs pour aider à l’apprentissage de la conduite de trains ou à la gestion technique des systèmes ferroviaires…

Projets et collaborations

Parmi les nombreux projets déjà réalisés ou en cours, on peut citer par exemple Explorys, né d’un partenariat entre l’UTBM et Alstom Transport : les connaissances liées aux composants mécaniques, électriques et électroniques d’un train sont modélisées, fournissent une aide à la maintenance par le biais d’outils interactifs et permettent la mise en œuvre de mécanismes de maintenance prédictive. Le projet 3L4AV, impliquant l’université technique tchèque de Prague, développe des méthodes d’apprentissage automatique en vue d’améliorer les systèmes de perception embarqués dans les véhicules autonomes : « Il s’agit d’assurer la détection et le suivi dynamique d’objets dans des conditions défavorables, comme le mauvais temps ou un trafic dense », précise Stéphane Galland. SAFER-LC a pour objectif d’assurer une meilleure sécurité des passages à niveaux qui sont des zones à haut risque pour la sécurité des automobilistes. Le projet prévoit la mise au point d’un système de vidéosurveillance avancé pour modéliser et analyser le comportement des utilisateurs.

Crédit photo : CIAD

Une vingtaine de projets collaboratifs, menés pour la plupart avec des partenaires industriels, sont inscrits à l’actif du CIAD. Politique d’utilisation des sols pour le développement de transports urbains, gestion de l’occupation de l’espace aérien des futures villes intelligentes par les drones, comportement des internautes dans un environnement e-marketing, reproduction des comportements de conduite en cas de brouillard dense…, tous développent et exploitent des méthodes à base d’intelligence artificielle, et notamment de systèmes multi-agent, pour aider à la mise au point de systèmes et d’outils adaptés aux futurs paysages économiques et sociaux. Le CIAD possède également une très forte expertise en modélisation d’environnement 3D, dans la conception et l’implantation de plateformes de jeux sérieux en réalité virtuelle, réalité augmentée ou sur dispositifs mobiles. Ces outils sont associés aux logiciels d’intelligence artificielle pour permettre une interaction plus aisée avec les utilisateurs.

Le CIAD en chiffres

Créé en janvier 2019, le CIAD regroupe une soixantaine de collaborateurs, dont de nombreux ingénieurs et une forte proportion de doctorants : ils ne sont pas moins de 28 à préparer leur thèse sur un sujet en lien avec la modélisation numérique et les outils de l’intelligence artificielle. Les travaux de recherche développés au CIAD sont menés en lien direct avec les préoccupations de l’industrie : sur l’échelle TRL (Technology Readiness Level,) qui mesure le niveau de maturité technologique d’une recherche, les projets du CIAD atteignent le niveau 7, sur les 9 que comporte ce système d’évaluation international


Crédits

Un article de : Catherine Tondu
Crédits photos : UTBM / DR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.