Sport et industrie à l’affiche des Historiales 2018

Sport et industrie dans l’Arc jurassien suisse, tel était le fil conducteur des travaux de recherche de trois doctorants en histoire contemporaine, présentés lors des Historiales 2018. Avant de se rendre à Neuchâtel le 16 février dernier pour participer à cette manifestation d’envergure, jalon capital dans leur parcours universitaire, les trois étudiants sont auparavant passés à l’UTBM pour une répétition générale, au cours de laquelle ils ont pu bénéficier de l’avis d’experts pour peaufiner leur future intervention…

Ce n’est pas par hasard que Jérôme Gogniat et Benjamin Zumwald, tous deux doctorants à l’université de Neuchâtel, et Quentin Tonnerre, préparant sa thèse à l’université de Lausanne, ont souhaité soumettre leurs travaux de recherche à l’expertise de Pierre Lamard. Enseignant en histoire contemporaine à l’UTBM, chercheur à l’Institut FEMTO-ST dans le même domaine sous la bannière RECITS, Pierre Lamard est spécialiste en histoire industrielle et connaît bien le territoire régional, de part et d’autre de la frontière. « Mes travaux de recherche m’ont permis de tisser une collaboration de longue date avec nos voisins suisses », confirme-t-il. Pour compléter sa propre expertise, Pierre Lamard a sollicité une autre figure universitaire locale : pourtant concentré sur les Jeux olympiques de PyeongChang alors tout proches, Eric Monnin, enseignant-chercheur en sociologie à l’université de Franche-Comté, spécialiste du sport et justement des Jeux olympiques, n’a pas hésité à répondre présent à l’appel. Ensemble, ils ont joué le temps d’une journée le rôle d’encadrants pour les trois thésards, en préambule aux Historiales, rencontre dédiée aux travaux menés en Suisse occidentale par des doctorants en histoire contemporaine, et organisée cette année à l’université de Neuchâtel.

Entraînement sur mesure et coachs personnels

« Pour s’être déroulé dans une ambiance très conviviale, l’exercice n’en a pas moins été mené dans les règles de l’art », précise Pierre Lamard. Questions posées avec pertinence mais sans jamais vouloir piéger, avis sur les orientations à privilégier, sur le contenu et la forme…, les échanges sont constructifs, critiques, passionnants, à l’image des sujets abordés par les prétendants au titre de docteur en histoire contemporaine.

Des travaux de thèse musclés

  • Jérôme Gogniat a choisi pour thème de travail L’invention du Tour de Suisse (1933). Une vitrine nationale pour les marques jurassiennes de cycles.
  • Benjamin Zumwald étudie de son côté Les sports d’équipe comme promoteurs potentiels des marques horlogères de l’Arc jurassien (1950-1970). Retour sur une association qui n’a pourtant jamais fait recette.
  • Quentin Tonnerre aborde Une question de prestige dans le domaine international de l’industrie horlogère. Diplomatie suisse, entreprises jurassiennes et chronométrage sportif (1964-1970).

 

Dans son travail de recherche, Jérôme Gogniat regarde comment le Tour de Suisse, course cycliste créée en 1933 et qui a rencontré un succès phénoménal dès ses origines, est un exemple particulièrement parlant d’une relation forte entre industrie et compétition sportive. À l’inverse, la thèse de Benjamin Zumwald explique comment et pourquoi les sports d’équipe populaires, comme le football, n’ont jamais véritablement réussi à devenir des ambassadeurs des marques horlogères de l’Arc jurassien. Enfin, Quentin Tonnerre étudie la rivalité entre certaines marques horlogères suisses, notamment Longines et Oméga, pour le chronométrage de compétitions internationales aussi prestigieuses pour leur image que les Jeux olympiques, puis leur association, largement soutenue par la sphère politique, pour contrecarrer l’influence grandissante des marques japonaises dans cette compétition horlogère.

Richesse des travaux et qualité des échanges ont marqué cette journée de préparation sur mesure, une « expertise avant l’heure ! », pour reprendre les mots de Pierre Lamard.

Les Historiales, programme doctoral en histoire contemporaine

Les Historiales, ou programme doctoral en histoire contemporaine (PDHC), regroupe les unités d’histoire des quatre universités de Suisse occidentale (universités de Genève, de Neuchâtel, de Lausanne et de Fribourg) et de l’Institut de Hautes Études Internationales et de Développement (IHEID) de Genève.

Elles visent un double objectif : la formation et la socialisation des doctorants, qui sont chargés d’organiser des panels autour d’une thématique commune à leurs travaux, ici pour les trois complices : le sport et l’industrie dans l’Arc jurassien. Les Historiales sont l’occasion de présenter ses recherches, de confronter ses idées à celles d’autres doctorants et d’experts. Échanges scientifiques, insertion d’un projet de recherche dans un cadre plus large, organisation, communication…, les Historiales sont un temps fort du parcours universitaire des doctorants en histoire contemporaine !

 

Crédits

Un article de : Catherine Tondu
Crédits photos : UTBM / DR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *