UTBM et Vinci Énergie : une collaboration gravée dans le marbre

C’est un nouveau partenariat avec l’industrie qui vient de se conclure, et pas des moindres : l’UTBM a signé une convention avec Vinci Énergie, actant ainsi une collaboration de longue date et laissant supposer une synergie plus forte encore pour l’avenir.

Voilà plusieurs années que l’UTBM et Vinci Énergie travaillent côte à côte, trouvant matière à s’entendre sur un terrain qui leur est à toutes deux familier : celui de la technologie. Comptant mille six cents entreprises réparties sur quarante-cinq pays, dont vingt-quatre hors d’Europe, Vinci Énergie est sans conteste un acteur majeur de son domaine à l’international. Le groupe cultive aussi la proximité, avec de nombreuses entités installées sur le territoire national, notamment dans l’Est de la France. Si l’énergie est, comme son nom l’indique, inscrite dans son ADN, la structure industrielle a plusieurs cordes  technologiques à son arc, qui font écho à celles de l’UTBM. L’entreprise trouve à l’UTBM les compétences en ingénierie dont elle a besoin, l’université de technologie découvre auprès du géant industriel des débouchés pour ses futurs diplômés et une formation pratique de premier plan. « Vinci Énergie recrute dans toutes les spécialités enseignées à l’UTBM, la mécanique, l’informatique, la robotique…, et pas seulement dans l’énergie », souligne Marie-Noëlle Iste à la direction des relations entreprises de l’UTBM. « L’entreprise a recruté pas moins de dix stagiaires en 2016 et onze en 2017. » Et sur les trois dernières années, huit élèves ont conclu avec elle un contrat d’apprentissage.

Engagement sans obligations de résultats

La convention signée le 22 septembre dernier est une manière de formaliser les échanges, de leur donner un cadre plus structurant, mais elle n’engage ni l’un ni l’autre des deux partenaires à une quelconque obligation de résultat. Sur papier, le rapprochement devient plus explicite, et les occasions de se rencontrer se multiplient. Le groupe Vinci Énergie est d’ores et déjà prêt à participer au Congrès industriel organisé par l’Association des étudiants en novembre prochain, et répondra présent aux rencontres étudiants-entreprises prévues en mars 2018. Tout comme à la deuxième édition de l’Innovation Crunch Time pour laquelle il a déjà concocté quelques sujets… Travailler sur des projets innovants est d’ailleurs une idée qui prend forme dans les esprits et se traduira très vite de manière concrète dans la formation : « Des groupes de cinq à six étudiants, encadrés par des enseignants, se verront confier un projet innovant qui représentera environ cent cinquante heures pour chacun d’eux. Cette expérience de travail en lien direct avec les entreprises fait l’objet d’un module bien identifié à l’intérieur du cursus d’ingénieur », explique Marie-Noëlle Iste.

Poignée de main confraternelle

Si des conventions sont signées avec des partenaires industriels, c’est en général à la demande de ces derniers. Sans être un prérequis pour établir des relations professionnelles de qualité, c’est l’opportunité pour une entreprise de faire découvrir son activité, son domaine d’intervention, son implantation géographique, ses métiers…, à des étudiants qui n’en ont souvent qu’une connaissance partielle, et seraient pourtant susceptibles de rejoindre un jour ses rangs. Le dernier accord en date a été conclu avec Altran en 2016, après Alstom ou encore SPIE.

La signature d’une convention témoigne du dynamisme des liens socio-économiques prévalant sur le territoire, qui ne manque pas de rejaillir positivement sur l’ensemble des relations que l’UTBM entretient avec ses partenaires industriels. L’événement se doit d’être fêté au cours d’une manifestation placée sous le signe de la convivialité, un terme qui dans le cas présent s’est chargé d’une dimension particulière, puisque les deux protagonistes, Ghislain Montavon, directeur de l’UTBM, et Franck Dudognon, directeur régional de Vinci Énergie France, lorsqu’ils étaient étudiants, se sont trouvés côte à côte sur les bancs de l’université de technologie ! En tant qu’ancien élève de l’école, Franck Dudognon empruntait déjà la casquette de « campus manager » de l’UTBM, assurant l’interface entre l’entreprise et l’école. Nul doute que la signature de la toute nouvelle convention représentera une occasion supplémentaire de tisser des liens !

Crédits

Un article de : Catherine Tondu
Crédits photos : UTBM / DR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *